L’AFCCRE, porte-voix des élus locaux dans le concert européen

L’Association française du conseil des communes et régions d’Europe (AFCCRE), qui compte plus de 2000 collectivités adhérentes, apporte conseil, information et formation aux collectivités locales françaises et représente ces dernières au sein du CCRE à l’échelle européenne et de « Cités et gouvernements locaux unis » (CGLU) à l’échelle mondiale.

C’est au titre de trésorier que je siège depuis 2001 au sein du bureau de cette association d’élus présidée par Louis Le Pensec, ancien ministre. J’y interviens par ailleurs également en tant qu’animateur de la commission « Europe et services publics ». Le mercredi 12 novembre dernier, j’ai en outre été élu président délégué de l’association à l’issue du comité directeur réuni à la Maison de l’Europe de Paris.

L’AFCCRE apporte à la fois des services et informations aux collectivités qui souhaitent mieux comprendre la politique de la Commission européenne et des Etats membres et elle porte également la parole du secteur public local français en de nombreuses occasions : autonomie budgétaire et fiscale des pouvoirs locaux, promotion de la subsidiarité, maintien des services publics, politique de cohésion territoriale, … . L’AFCCRE est écoutée des parlementaires européens et du Comité des Régions.

Les échanges avec les associations d’élus des autres pays européens montrent en outre que, partout, les préoccupations sont les mêmes : volonté de restreindre l’autonomie locale, mauvais partage de la ressource publique entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux, insuffisante définition de la notion de service public, … . Les choix politiques de l’Union européenne sont exclusivement le fait des Etats et donc des gouvernements centraux. Ils ne reflètent pas toujours, loin s’en faut, la diversité et les préoccupations réelles des peuples quant à la vie quotidienne et à la cohésion sociale et territoriale. Les travaux et réflexions menés au sein l’AFCCRE ont pour objectif principal de faire entendre la voix des élus locaux à côté de celle, assourdissante, des gouvernements centraux.