« Réunir les employeurs pour peser face au gouvernement »

Entretien paru dans La Gazette le 25 mai 2018, et réalisé par Bénédicte Rallu et Jean-Marc Joannès

Le président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT), qui mène une mission conjointe avec le secrétaire d’Etat Olivier Dussopt, souhaite rapprocher les associations d’élus pour qu’elles puissent discuter d’une seule voix avec l’Etat sur les questions relatives à la territoriale.

Lire la suite...

" Sur la taxe d'habitation, le gouvernement s'est mis dans une situation périlleuse "

Entretien paru dans Les Echos au lendemain de la remise du rapport du sénateur Alain Richard et du préfet Dominique Bur sur la fiscalité locale et notamment sur les solutions pour compenser la suppression de la taxe d’habitation pour les communes.
Par Ingrid Feuerstein, le 10 mai 2018

Lire la suite...

" Nous sommes des maires engagés pour l'Europe "

Tribune publiée dans Ouest France le 9 mai 2018

En ce 9 mai, journée de l’Europe, et à un an des élections européennes, nous voulons en tant que maires témoigner de l'apport concret, quotidien et humain de l'Union européenne pour nos communes.

Lire la suite...

« Les maires pensaient qu'Edouard Philippe aurait plus de marges de manoeuvre pour défendre les territoires »

Entretien paru dans Atlantico le 29 avril 2018

Les associations d’élus, toutes tendances confondues, sont en conflit ouvert avec le gouvernement depuis le début du quinquennat. En tant que représentant des maires, quel bilan faites-vous de la politique menée en direction des territoires après cette première année ?

Lire la suite...

« Ne pas permettre à une collectivité de fixer librement le niveau de ses ressources est contraire à la décentralisation »

La Délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation de l’Assemblée nationale a créé une « mission flash » sur l’autonomie financière des collectivités. Philippe Laurent, secrétaire général de l’AMF, a été auditionné par cette mission qui remettra son rapport le 18 avril. Le maire de Sceaux a réitéré la demande de l’AMF de réécrire la définition des ressources propres des collectivités qui doivent reposer sur des recettes dont elles maîtrisent l’évolution.

Lire la suite...

« La réforme ne doit pas transposer dans la territoriale les rigidités de l’Etat »

Article de Bénédicte RALLU, publié sur le site de La Gazette des Communes le 13 février 2018

 

Philippe Laurent, président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, maire (UDI) de Sceaux et secrétaire général de l’Association des maires de France, réagit aux chantiers envisagés dans la réforme sur la fonction publique, annoncée lors du premier comité interministériel de la transformation publique.

 

Lire la suite...

Les élus font preuve d'un sens aigu des responsabilités

Ci-dessous une interview publiée dans le magazine Les Cahiers Postéo. Retrouvez l'intégralité du débat d'idées en page 6.

 

Après plusieurs années de baisse, l’investissement public local observerait un rebond en 2017. Un signal positif?

Nous ne rattrapons pas le niveau d’il y a quatre ans. Si la dégradation a pu être stoppée, c’est que les élus ont pris des mesures courageuses pour faire face à la baisse brutale des dotations d’État. Diminution de dépenses de fonctionnement sans remise en cause des services publics de proximité, augmentation des tarifs de certaines prestations et de la pression fiscale moyenne, et cela sans progression notable de l’endettement : les élus ont fait preuve d’un sens aigu des responsabilités,
que la Cour des comptes vient d’ailleurs de saluer.

Est-il possible de continuer à investir tout en diminuant les dépenses de fonctionnement?

Une nouvelle baisse des dépenses de fonctionnement, ce serait des services en moins pour les habitants, au quotidien. Une commune est d’abord un producteur de services publics, qui nécessitent des agents formés et impliqués. Il ne faut donc pas opposer « fonctionnement » et « investissement ». Cette opposition, c’est du langage comptable. Quant aux subventions fléchées, elles font courir le risque d’une recentralisation et d’un contrôle plus étroit, donc d’un recul de la décentralisation et de la responsabilisation des élus locaux.

Le renforcement de la règle d’or sur la capacité de désendettement vous paraît-il une bonne mesure?

C’est une absurdité économique et une forme de tutelle politique. La règle d’or actuelle fonctionne. Aucune collectivité n’est en faillite. La dette publique locale représente moins de 10 % de la dette publique, alors que les collectivités réalisent 70 % des investissements publics. Une nouvelle diminution de la dette publique locale pour financer la dette de l’État aurait des conséquences dommageables. La baisse des investissements pourrait alors s’accompagner d’une débudgétisation massive, au risque de nuire à la transparence des comptes.

Pour suivre
mes actualités

.....................